La classe internationale

Dès lors qu'on part en famille à l'étranger pour une ou plusieurs années, la question de la scolarité des enfants se pose. Faut-il qu'ils abandonnent le cursus français pour s'immerger dans celui du pays d'adoption le temps du séjour ? Doivent-ils opter pour une scolarité à distance uniquement ou envisager un double cursus en présence et à distance ? Quel que soit le choix retenu, des solutions existent, comme le montre l'exemple de la famille Béthoux.


[la famille au grand complet - Photo perso]

En 2018, cette famille de cinq a choisi de s'expatrier pendant deux années pour accompagner le papa, nommé sur une base militaire de l'armée de l'air aux USA. Direction Prattville - Alabama - pour Morgane 16 ans, Jade 13 ans, Ewan 9 ans, ainsi que Gaëlle leur maman. Avant le départ, les parents ont décidé que les enfants seraient scolarisés à l'école US et continueraient leurs scolarité française via le CNED après les cours en classe. C'est ainsi que Morgane a intégré en parallèle le 10th grade en high school et la classe de seconde française, pour Jade ce fût le 8th grade à la middle school (et la quatrième du collège) et le 4th grade de l'elementary school pour Ewan (en plus du CM1).

Bien entendu, poursuivre deux scolarités complètes en simultané n'est pas recommandé, c'est pour répondre à cette problématique que le CNED propose la formule Scolarité Complémentaire Internationale. Cette formule taillée sur mesure pour les expatriés permet aux enfants de suivre, en parallèle de leur scolarité dans le pays de résidence (donc hors établissements français homologués), une formation à distance allégée, autour de 3 matières fondamentales. L'objectif étant de faciliter la poursuite des études dans le système éducatif français, le programme SCI répondait parfaitement aux attentes de la famille.

Cette formule est idéale pour favoriser l’expatriation : ainsi, vous pouvez vous installer plus aisément dans une ville où il n’y a pas de lycée français. Le dispositif offre un enseignement mieux adapté à la réalité des élèves et est assurément moins contraignant qu’une double scolarisation !

Gaëlle, n'ayant pas de permis de travail aux USA, parvient à s'occuper des enfants en plus des cours de français qu'elle donne bénévolement. Pour elle, le choix du CNED s'est fait tout naturellement : établissement de l'éducation nationale, bilan de fin d'année, conformité du programme. Autant de garanties de sérieux, de sécurité et de suivi complet permettant un retour en France en douceur.

En ce qui concerne la scolarité française, le choix du CNED a été tout naturel pour moi.

 

Bien que très satisfaite, elle attire toutefois l'attention sur la nécessité de préparer les enfants en amont d'un départ. Et pour cause, il ne faut pas croire qu'après une journée en classe, il soit simple pour eux de devoir se replonger dans les cours à la maison. En début d'année, leurs parents leur ont d'ailleurs laissé du temps pour s'adapter à cette contrainte supplémentaire, surtout qu'il leur a fallu en parallèle suivre et assimiler un cursus étranger dans la langue du pays. Et si pour les deux plus jeunes, les cours du CNED ont été vécus comme la continuité naturelle de leur scolarité française, l'année de seconde a été plus difficile pour Morgane.


[Jade et Ewan, concentrés sur le cours du CNED - Photo : Gaëlle Béthoux]

Pour Gaëlle, la réussite d'un tel projet dépend de plusieurs facteurs, notamment l'âge des enfants et leurs aptitudes scolaires. Selon elle, pour un enfant qui suit correctement à l'école en France, les cours du CNED sont tout à fait assimilables (au moins jusqu'à la fin du collège). Mais suite à l'expérience de Morgane, elle est plus mesurée si le départ correspond à une entrée en seconde. Selon elle, le fait qu'il y ait beaucoup de nouveaux concepts et une manière de travailler différente, rend l'année plus complexe à assimiler tout seul à la maison. C'est la raison pour laquelle les parents de Morgane ont pris la décision d'un retour en France de l'aînée afin qu'elle suive son année de première et puisse préparer le bac plus sereinement.

En résumé, pour Gaëlle, la Scolarité Complémentaire Internationale proposée par le CNED est un excellent choix pour l'école et le collège, à partir du lycée, les solutions doivent se réfléchir et être préparées sérieusement en amont avec l'élève concerné.

Scolarité française à l'étranger : partez l'esprit tranquille avec le Cned