Charles-Antoine Cros, auteur prolifique à 15 ans !

Charles-Antoine Cros est jeune mais est déjà un auteur accompli. À 15 ans, le garçon a publié six livres, et prépare déjà son septième ouvrage. Tout en suivant une scolarité presque normale.

 

Avec six romans publiés et trois prix littéraires, on peut le dire : Charles-Antoine Cros ne suit pas tout à fait le parcours traditionnel d’un jeune de 15 ans. Le garçon passionné par l’écriture rencontre un succès grandissant avec ses ouvrages, et écume les séances de dédicaces et les salons du livre depuis quelques années.

Il faut dire qu’il profite d’un atout de taille : sa mère, Anna Cros est elle-même auteur de polars et de romans pour la jeunesse. Dès son plus jeune âge, Charles-Antoine dévore ses romans et commence à prendre goût au sens de la formule.

A 8 ans, il commence l’écriture de son premier livre. "C’était vraiment pour m’amuser, c’était très instinctif" sa mère l’encourage discrètement. "C’est sûr être baigné dans cet univers, ça aide, mais elle ne m’a jamais poussé, elle me laissait faire mon expérience." commente Charles-Antoine. En 4 mois, il termine son texte.

Appuyé par sa mère qui possède la maison d’édition du Lys Noir, Charles-Antoine publie son premier roman à 9 ans. Intitulé La fleur de Lys à Noirmoutier cet ouvrage est le premier tome d’une trilogie sur le monde de la piraterie. "C’est une période qui me fascinait, je lisais beaucoup de documentation dessus, mais je trouvais qu’il y avait peu de romans sur le sujet."

 

J’écris d’une traite, je me relis le moins possible, c’est très instinctif

 

Lors de la parution, le garçon ne réalise pas vraiment son accomplissement : "J’avais du mal à prendre du recul. Je suis allé à l’imprimerie de mon livre et là j’ai vraiment compris. Je me suis dit : ces gens travaillent pour moi !"

Dans la foulée son ouvrage est présent au salon du livre de Paris. Il en écoule 1000 exemplaires en moins d’une semaine. Un succès rapide qui n’empêche pas  le garçon de faire son autocritique  "Bien sûr c’est l’écriture d’un enfant, analyse Charles-Antoine Cros, mais les adultes me donnaient quand même de bons retours"

Ne relâchant pas ses efforts, il poursuit son travail d’écriture et publie environ un roman par année. "J’écris surtout pendant les vacances. Il me faut environ 4 mois pour écrire un livre. J’écris d’une traite, je me relis le moins possible, c’est très instinctif"

 

Un travail récompensé

 

Devant ses ouvrages, il reçoit plusieurs récompenses : le prix littérature jeunesse en 2008 et 2009, et le prix plume de Febus en 2010. Il reste humble face à ses récompenses : "C’est une immense fierté mais je garde un peu de distance. Ça m’a surtout permis de rencontrer d’autres jeunes auteurs, c’est intéressant"

Le jeune garçon s’offre même le luxe de refuser les propositions des plus grandes maisons d’éditions.

 

Ses fans se pressent à ses dédicaces et les caméras de TF1 viennent même s’intéresser à lui, pour lui consacrer un reportage. Sans que ça dérange vraiment sa vie quotidienne : "Ça n’avait pas surpris mes camarade de classe plus que ça, quand ils ont appris que j’écrivais. Pour eux, ça collait à ma personnalité, à mon humour"

 

Mais pour faire face à ses déplacements de plus en plus réguliers, les parents de Charles-Antoine lui proposent de s’inscrire au CNED pour son passage en classe de première Économique et Sociale. Proposition qu’il accepte immédiatement : "Ça devenait difficile d’être présent en classe, j’étais souvent absent pour les dédicaces, qui sont importantes pour moi puisque c’est le moment où on rencontre vraiment les lecteurs"

Son passage au CNED lui permet aussi d’organiser son planning différemment : "Au début je suivais un rythme de cours normal mais ça ne suffisait pas. Maintenant je suis des unités complètes de cours plusieurs heures par jour"

 

Malgré son succès, Charles–Antoine ne se destine pas à une carrière d’écrivain : "En fait, je veux devenir ingénieur en informatique. Je ne conçois pas l’écriture comme un métier mais comme une passion" Il commence déjà une nouvelle histoire baptisée Le déclin de Leyjand, premier tome de sa nouvelle trilogie World of Beillonde, qui raconte le parcours d’un jeune informaticien de 15 ans, téléporté dans un autre monde.

 

Et quand on lui demande quelle est la clé de son succès, son conseil reste assez simple : "dans l’écriture, il faut se faire plaisir avant tout"

 

 

Crédits photos : Christelle Forestier

Charles-Antoine Cros est en Première ES