Interview - Kim Véteau

Pour l'instant je n'ai aucune pression

 

Kim, à moins d'un mois des championnats du monde en Australie, comment tu te sens ?
Pour l'instant je n'ai aucune pression, pas besoin de s'en mettre à l'avance non plus. Plutôt une grande excitation, j'ai vraiment hâte d'y être. Je vais découvrir une nouvelle vague, surfer avec les meilleures que demander de plus.

 

Tu vises quoi comme perf ?
Je vise le titre, sans hésiter ! Mais réussir en entrer en finale serait déjà un grand pas.

 

Comment se passent tes entraînements ? Quelque chose de différent de d'habitude ?
Pour l'instant les entraînements se passent super bien. Depuis 1 mois ou un peu plus j'ai 3 entraînements physiques par semaine. Donc je me prépare a fond pour cette échéance. Et je remercie Jimmy pour ses entraînements et la motivation qu'il nous procure.

 

Y a t-il une figure que tu aimerais vraiment réussir là-bas ?
Il n'y a pas de figure spéciale que je veux réussir là-bas, je veux juste montrer mon surf sans me mettre de pression... Et surtout m'amuser.

 

Qui vont être tes principales adversaires ?
En fait je ne sais même pas qui sont mes adversaires. Et même si je le savais je n'aurais d'adversaire particulière. Si on est là c'est que nous avons toutes le niveau pour gagner.

 

Est-ce que tu sens une attente particulière autour de toi ?

Heu... principalement de la part de mon mon sponsor, je pense. Sinon, autour de moi, c’est toujours le même discours, "vas-y pour t'amuser et peu importe le  résultat, tant que tu réussi à surfer et que tu te fais plaisir."

 

Avec cette qualif en poche et ton titre de championne de France, as-tu le sentiment que ton statut a changé ?
Non je n'ai pas le sentiment que mon statut ait changé et s'il a changé, moi, je ne le ressens pas comme ça.

 

J'arrive à équilibrer le lycée à distance, le surf et les entraînements physiques.

 

Le Cned, ca se passe comment ? Tu gères ou tu préfères te concentrer sur la compétition ?
Ca se passe, en ce moment je mets le paquet, avec l'aide de ma mère, pour finir mon année avant de partir. Mais ça devient vraiment dur et à certains moments tu as envie de lâcher. Mais je ne peux pas, c'est le seul moyen que j'ai trouvé pour réussir à surfer et avoir mon bac. Cependant, j'arrive encore à équilibrer le lycée à distance, le surf et les entraînements physiques.

 

Tes parents / ta famille vont t'accompagner ?
Non mes parents ne m'accompagnent pas, j'y vais avec Jean-Seb Estienne (coach de ripcurl) parce que je me sentais pas de faire le voyage seule.

 

Comment faire pour t'encourager directement ?
C'est un peu compliqué, pour le moment j'ai juste mon compte facebook perso. Pas de page fans, ni de fil twitter. Il faut donc être mon ami(e) ou bien m'envoyer un message via ma page.

 

 

Oui, je vise le titre, sans hésiter !

 

A lire aussi : l'article court

Kim Veteau est inscrite au Cned en seconde générale