Anaïs Ventard, fondue de la glace

 

Quelle petite fille n’a pas rêvé de devenir patineuse artistique ? Réponse : Anaïs Ventard, 16 ans, six fois championne de France de… Patinage artistique. Née à Dijon, Anaïs commence à faire de la gym à 4 ans, incitée par sa mère, gymnaste de haut niveau. Elle s’y fait une copine, qui la traîne dans ses cours de patinage. Sportive en herbe, Anaïs s’y plait et fait preuve de talent une fois sur la glace. Pendant les années qui suivent, elle partage son temps entre les cours de gym et les sessions à la patinoire. Jusqu’à ce qu’elle doive faire un choix entre les deux : ce sera le patin à glace : "J’ai préféré le patinage car j’aime l’association du vent froid et des sauts élégants. Je n’étais pourtant pas très attirée par le sport à haut niveau, je ne regardais pas souvent le patinage artistique à la télé" commente Anaïs.

Elle participe à sa première compétition régionale à 6 ans, elle termine 6e. "J’étais plutôt satisfaite de ma performance, sourit l’adolescente. J’ai toujours fait du patinage pour me faire plaisir, et c’est toujours le cas !" Ses débuts prometteurs l’encouragent à pousser plus loin les entraînements.  

Mais son évolution se confronte à un problème : la patinoire de Dijon ne propose plus assez d’horaires pour poursuivre son entraînement à haut niveau. Contrainte de trouver un nouveau point de chute, Anaïs se tourne vers Annecy qui, en plus de posséder des équipements adaptés, jouit d'un pôle d’encadrement des sportifs de haut niveau. Ses parents acceptent de suivre leur fille et déménagent vers la Haute-Savoie : "Ils m’ont toujours soutenue, je leur dois presque autant qu’à mes entraîneurs" reconnaît Anaïs.

 

Un regard vers les JO de 2014

 

Une fois en place elle reprend ses entraînements, de 25 à 30 heures par semaine, matin, midi et soir. Et entre chaque séance, elle travaille ses cours du Cned, qu’elle suit depuis sa 3e. "C’est sûr je n’ai pas le temps de m’ennuyer !" ironise la jeune fille. Un grand écart qu’elle maîtrise à merveille puisqu’elle obtient son brevet avec mention très bien. "Ma carrière en patinage, c’est maintenant qu’elle se passe. Mais je ne lâche pas les cours pour autant, si jamais mes notes ne suivent pas, je ralentis les entraînements pour consacrer du temps à ma scolarité."

Championne de France de patinage artistique depuis ses 10 ans dans les catégories avenir, minime, novice et junior, elle se frotte aussi au niveau international, avec des succès encourageants : médaille d’or lors de la coupe de Merano 2011 en Italie, 2e place au tournoi de Nice la même année, "entre deux russes, la référence en patinage" précise Anaïs.

J'ai obtenu mon brevet avec mention 'très bien'

Elle participe même aux premiers Jeux olympiques de la jeunesse en janvier 2012, un moment inoubliable à ses yeux :"C’était un monde à part, nous étions tous ensemble avec les membres de l’équipe de France. Ça ne ressemble pas vraiment à une compétition, il y a un mélange de cultures, un vrai esprit de groupe… C’étaient les deux plus belles semaines de ma vie !"

Ce souvenir en tête, la jeune fille s’amuse à considérer "sa carrière aboutie" même si elle aimerait bien "continuer un peu", en envisageant différents objectifs : se qualifier et performer au prochain Festival Olympique de la Jeunesse ? Préparer les JO de Sotchi en 2014 ? Peu importe, pour Anaïs Ventard, l’important, c’est de se faire plaisir sur la glace.

Des formations tout au long de la vie