Famille Cavagnis : Le monde vu du camping-car

Partir, partir… Ils l’ont fait et ne reviendront que dans cinq ans. Depuis février, Christophe, Juliette et leurs deux enfants de deux et quatre ans, ont commencé un rêve : faire le tour du monde en camping-car !

Si ce voyage pouvait paraître un peu fou, il n’a rien d’improvisé pour le couple, qui ne cesse d’avoir la bougeotte : "Nous avions vécu un an au Mexique. A notre retour, les projets se sont enchaînés : mariage, maison, enfants… détaille Juliette Cavagnis. En 2009 nous cherchions un projet commun en famille. Christophe m’a proposé de partir faire le tour du monde, ça m’a pris cinq secondes pour accepter !" Décision prise, le quatuor va se préparer pendant 3 ans pour être sûr de ne rien laisser au hasard. Ils se procurent un camping-car pour s’habituer à la vie de nomade "Nous partions les week-ends pour nous familiariser avec ce monde. Nous avons fait un tour de France de deux mois, pour voir si la famille pouvait cohabiter sur une longue période."

 

Cette première expérience concluante permet à la famille de ne garder que l’essentiel pour le voyage et d’aménager convenablement l’espace de chacun. Cela permet aussi d’évaluer la consommation d’eau, "un des points les plus importants d’une vie en camping-car" selon la famille. (Retrouvez les conseils de la famille Cavagnis pour vivre en camping-car)

Nous avons pris conscience que l’enseignement à distance via le Cned était un véritable atout

 

L'école sur la route, c'est possible !

 

L’étape suivante est la priorité des parents : l’éducation de leurs deux enfants. Ce problème est vite réglé, selon Juliette Cavagnis : "Nous avons pris conscience que l’enseignement à distance via le Cned était un véritable atout, et que la difficulté du retour à la scolarité classique se résumait à la sonnerie du réveil !" (Retrouvez l'entretien complet de Juliette Cavagnis sur la scolarisation des enfants)

Pour Elsa et Martin, partir n’était pas un souci : "Nous leurs avons dit que nous irions voir tous les animaux du monde. Ça les a fait tout de suite rêver ! À leur âge, ce qui compte c’est être avec les parents" souligne Juliette. Le reste du périple est fait pour leur assurer un maximum de stabilité : le camping-car est considéré comme une vraie maison pour les enfants, chacun a son espace personnel et les proches sont contactés régulièrement par Skype afin de garder un lien avec la famille. Comme à l’école, Elsa remplit un calendrier où elle dresse le bilan de ses activités quotidiennes afin de conserver de bonnes habitudes de travail. En attendant, Juliette Cavagnis fait office de maîtresse de classe. "Nous ne travaillons qu’une heure trente maximum : trente minutes de cours théoriques, puis une heure d’exercices (type jeux de lecture, collage, cartes…). Nous aurons un véritable rythme scolaire quand nous commencerons le CP, dès réception des cours du Cned !"

 

Pour le moment, la famille Cavagnis n’a traversé que les États-Unis et le Canada et n'a jamais ressenti d'insécurité. D'ailleurs, si le premier mois ils choisissaient systématiquement des parkings surveillés pour garer le camping car, ils optent désormais pour les parcs ou les coins les plus sympas pour se poser. Si l’itinéraire est déjà prévu, le groupe n’hésite pas à le changer en fonction des envies et des conseils fournis par les habitants de chaque coin traversé. Le quatuor prend soin d’éviter les grandes villes, préférant privilégier les aires de pique-nique et les bords de rivières ou de lac. Avec une seule règle : ne jamais revenir en arrière afin de limiter les kilomètres. "Il faut ménager sa monture, surtout si nous comptons sur elle pour cinq ans !" conclut Juliette Cavagnis.

 

Voir aussi https://fr-fr.facebook.com/Cavagnis-tour-284348471624139/

 

 

De la maternelle aux prépas entrée en écoles, avec ou sans le bac, toutes les formations scolaires
Trouvez la formation qu'il vous faut parmi notre catalogue complet