Géraldine au fil des jours (interview complète)

Quel est votre parcours professionnel ?

J'ai d'abord suivi une formation universitaire (de l'Hypokhâgne au CAPES) qui m'a permise de devenir enseignante en collège, puis en lycée. Mais j'ai aussi beaucoup étudié par moi-même dans d'autres domaines très différents tels que la psychologie, la psycho généalogie, le développement personnel. En 2006, j'ai réalisé un stage sur La Mission de Vie au cours duquel j'ai pris conscience que le vrai sens de ma vie était d'écrire, de dire l'indicible. Ce nouveau métier d'écrivain public biographe que j'exerce maintenant dans ma micro entreprise L'Encre au fil des jours, récemment née, me permet de réunir toutes ces compétences acquises. Je peux allier le raisonnement didactique à l'écoute, l'empathie, la sensibilité.

Avant la formation d’écrivain public, quelle formation avez-vous suivie ?

J'ai suivi des formations essentiellement pédagogiques, dans le cadre de mon métier. Je me suis intéressée par moi-même à l'écriture intuitive, à l'animation d'ateliers d'écriture avec le livre Ecrire ma vie d'Etienne Godinot, à la tenue d'un journal créatif tel que le préconise Anne-Marie Jobin. Mais c'est surtout l'ouvrage Libérez votre créativité de Julia Cameron qui a développé en moi la dimension à la fois ludique et introspective de l'écriture comme thérapie pour autrui. Je suis autodidacte de nature et les livres m'ont toujours guidée dans ma quête. C'est pour cette raison que j'ai eu du plaisir à suivre les cours à distance du CNED. La liberté personnelle et la rigueur que l'on s'impose dans le suivi de ses études ont constitué pour moi une démarche plaisante et intéressante.

Qu’est-ce qui vous a incitée à suivre la formation d'écrivain public ?

Un épuisement professionnel m'a contrainte à rester à mon domicile pendant cinq longs mois. Depuis un certain temps, le projet de devenir écrivain public biographe grandissait. Je me suis toujours intéressée au vécu des gens. J'aime mettre des mots sur leur vie, écrire leur histoire, faire de la singularité de chaque parcours un exemple de destinée universelle. J'aime puiser dans l'existence des personnes que l'on croise les couleurs, les voix, les images, les odeurs qui les révèleront à elles-mêmes et au monde. Un jour, j'ai prospecté sur Internet et j'ai lu le témoignage de l'une de vos étudiantes devenue écrivain public sur la page consacrée à la formation. Ce fut pour moi le déclic. C'était cela que je voulais faire ! Mon rêve était possible. La preuve : il existait une formation tout à fait accessible pour le réaliser. Je me suis immédiatement inscrite. Une semaine plus tard, me parvenaient les cours. Le fait de me plonger dans ces cahiers bleus et blancs, de réaliser les exercices d'écriture, le soir, m'a permis d'affiner mon projet et de retrouver l'élan nécessaire pour poursuivre ma route en intégrant cette direction nouvelle.

Pourquoi avoir fait le choix du CNED et de la formation à distance pour la préparation ? Aviez-vous déjà suivi une formation du CNED avant cette préparation ?

J'ai fait le choix du CNED car cet organisme de formation à distance propose des formations complètes et pécuniairement démocratiques. Leur coût est tout à fait abordable. Et jamais je ne me suis sentie seule dans mes études. Il y a la possibilité de dialoguer avec d'autres étudiants sur un forum et de poser des questions pédagogiques à ses professeurs. J'ai suivi une formation du CNED avant cette préparation - de grec ancien - mais celle-ci remonte à mon adolescence. J'en garde un souvenir plus difficile. Je manquais encore, en effet, de maturité et de discipline personnelle. Et pourtant, ce défi que je n'ai pas surmonté dans mon jeune âge m'a attirée en 2015, lors de mon inscription parce que mon projet de devenir écrivain public biographe répondait à un appel cette fois intime, authentique.

Comment organisez-vous vos journées de travail ?

Pour mon métier d'écrivain public biographe, je recueille les demandes, réalise ou reçois les appels téléphoniques, collecte les données nécessaires à mon travail, lance mes publicités en début de journée. L'après-midi et le soir, je réalise les prestations d'écriture. J'aime écrire tard dans la nuit car le calme, le silence dans lequel coule une musique douce est propice à l'inspiration, à la naissance de tournures et d'images singulières. Je procédais de même lors de la rédaction des devoirs pour le CNED.

Est-ce facile ? Difficile ? Quel genre de difficultés avez-vous pu rencontrer ?

Travailler selon mon propre rythme est un réel plaisir. Certes, le métier d'écrivain public est un métier solitaire mais j'ai toujours vécu la solitude comme une période féconde, créative et ceci, depuis l'enfance. J'ai l'impression de créer véritablement ma vie, mes journées à l'image de ce que je suis intérieurement et non selon un rythme que l'on m'impose. Ce que je trouve, en revanche, plus difficile est le démarrage de l'entreprise, les démarches administratives, financières et publicitaires qu'elles impliquent. Dans ce domaine, c'est surtout Internet qui m'a aidée et le site de l'AFE où j'ai pu construire mon business plan, élaborer tout mon projet, trouver mon statut juridique et définir ses implications.

Votre expérience au CNED vous servira-t-elle dans votre futur emploi ?

Cette expérience, assurément, me servira. Je réutilise souvent les fascicules du CNED et les outils qu'ils me donnent pour réaliser des travaux d'écriture plus spécifiques comme l'aide à la rédaction d'une thèse longue, d'un mémoire de fin d'études ou de stage, la rédaction du contenu d'un site.

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui veulent tenter le CNED et la formation à distance ?

Je leur conseillerais d'être assidus et réguliers dans leur apprentissage, d'avoir une discipline personnelle et donc une certaine exigence envers soi-même, sans laquelle on ne peut faire aboutir ses études.

Quels sont vos projets professionnels pour l’avenir ?

Je souhaite écrire de nombreuses biographies ou récits de vie car c'est ma spécialisation. La correctrice de mon devoir professionnel sur le métier d'écrivain public m'a montré que c'était pour moi une voie épanouissante. J'ai d'ailleurs construit mon site professionnel L'encre au fil des jours : un écrivain public biographe à votre service en ce sens.
Sinon, j'écris aussi pour moi depuis très longtemps et cette écriture pour moi-même m'a tout naturellement menée à l'écriture pour autrui. Je viens de publier mon récit de vie individuel Le Grand Retour aux éditions Edilivre et un journal intime, poétique Journal de la Lumière est sur le point de paraître chez ce même éditeur. Enfin, je tiens régulièrement un blog personnel Que vive la Vie en Vous ! qui rassemble des témoignages personnels.

 

Geraldine sur le web :
Blog professionnel
Blog personnel 
Facebook 

La formation du CNED vous permet d'acquérir les bases du métier et de vous entraîner à la rédaction de documents divers.