Émilie, 19 ans, étudiante en MANAA

Emilie Tartero a décidé de poursuivre ses études via l'enseignement à disante (MANAA au CNED) tout en travaillant en parallèle (dans un fast food).

 

Après avoir obtenu son bac en 2015 (littéraire spécialité histoire des arts et option arts-plastique), la jeune fille a tenté sans succès d'intégrer les beaux-arts de Toulouse. Comprenant qu'il lui serait compliqué de continuer ses études sans une mise à niveau préalable, elle a essuyé trois refus de sa candidature dans différents lycées toulousains. C’est à ce moment-là qu'elle découvre que le CNED peut être la solution à ses problèmes.

 

En 2016/17, après y avoir beaucoup réfléchi, elle intègre donc la formation MANAA (Mise à Niveau Arts Appliqués). Une mise à niveau de cet ordre demande du travail et une bonne organisation.

 

Le travail à la maison me permet d’organiser mes journées comme je l’entends.

 

Émilie aime l’idée de pouvoir s'organiser comme elle veut et apprécie la liberté offerte par le CNED. Étant une personne très organisée, elle n'avait guère de doutes sur sa capacité à réussir. Son secret ? Avoir en permanence le travail de la semaine et de la semaine suivante accroché au-dessus de son bureau, en plus du planning et du récapitulatif des séquences de cours. Avant de commencer ma formation, elle a pris soin d'aménager un coin bureau avec tout son matériel à portée de main.

 

En terme d'organisation, là encore, Émilie mise sur la régularité :

Chaque jour j'essaie de me lever entre 7h et 8h, en général je suis plus concentrée le matin.

 

Une fois devant son bureau, elle se connecte à son compte CNED pour regarder sur son emploi du temps, la matière à travailler en priorité et c’est parti pour des sessions de travail qui oscillent entre une heure et toute la matinée. Et si Émilie avoue sans peine qu'il lui m’arrive parfois de "sécher" des journées entières, c'est d'abord parce qu'elle a d'autres activités à l'extérieur de son domicile. Dans ce cas elle reporte les matières à faire sur d’autres journées.

 

Quand elle travaille en soirée au fast food, elle arrête ses cours vers 17h, sinon ell ene se fixe pas vraiment de lilmites et continue "jusqu’à ce qu'elle en ai marre".

 

Si tout semble facile pour la jeune étudiante, elle reconnaît qu'il "faut être organisée et surtout très motivée".  En effet, si ne pas avoir de contraintes est une liberté, le fait que le planning de l’année ne comporte pas de périodes de vacances scolaires prédéfinies est perturbant :
 

"pour Noël je n’ai pas travaillé pendant presque deux semaines (l’ambiance des fêtes et le retour dans ma famille) ! J’ai accumulé énormément de retard (plus de 6 devoirs en retard). Étant motivée pour réussir je m’y suis mise à fond pour tout rattraper mais c’est parfois difficile, la motivation s'en va rapidement si on y fait pas attention".

 

Quoiqu'il en soit, Émilie estime que le CNED lui aura permis de développer des capacités d’organisation et surtout d’autonomie. Le fait de devoir comprendre plus vite et tout seul est perturbant au début mais développe des compétences dont les scolaires en présence n'ont pas besoin.

Ce sont des qualités importantes pour travailler

"je pense qu’un élève qui réussit au CNED doit être favoriser car réussir en autonomie n’est pas facile"

 

Si elle devait conseiller le CNED à d'autres, elle n'hésiterait pas une seconde. En conseillant de prendre contact avec d’autres élèves du CNED que ça soit directement par le site ou via les réseaux sociaux. Pour sa filière, la jeune fille a trouvé un groupe Facebook qui crée un rapprochement entre les élèves et où sont partagés les travaux, les inquiétudes ou les conseils.

 

Une derniere astuce ? "il ne faut pas trop en faire, si un jour on a pas trop envie, il ne faut pas se forcer jusqu’à s’en dégoûter, on fait le strict minimum et après on se détend, peut-être que le lendemain ça ira mieux et on pourra avancer plus. C’est comme ça que je procède, sans pression, ça avance plus !"

 

Après la MANAA, Émilie compte intégrer un BTS Design Graphique avec option communication et médias imprimés ou option communication et médias numériques. Son but est de devenir illustratrice. La jeune fille aimerait réaliser des couvertures de livres ou bien des livres pour enfants en entier ou encore travailler pour un journal ou un magazine. C’est pourquoi, en plus de son année de mise à niveau, de son travail et de sa vie de jeune fille, Émilie continue évidemment de plancher sur ses propres dessins.

Retrouvez Émilie sur :