Gisèle, à 33 ans, elle mène 4 vies par jour

Actuellement assistante de direction dans une association européenne, Gisèle Tchinda-Falcucci n'a jamais le temps de s'ennuyer. Elle jongle avec bonheur entre sa famille, son job, ses études et sa passion.

Il y a un peu de plus de 10 ans, après l'obtention d'une maîtrise de traduction anglais / allemand /français à l’Université de Marne la Vallée (équivalent d'un master 1), Gisèle a commencé à s’intéresser et à s’initier au dessin et au crochet avant de créer le blog www.jijihook.fr. Sur ce blog, elle poste régulièrement ses dessins et créations pour enfants en crochet. Ces activités l’ont mené à la publication de son premier livre en septembre 2015 aux éditions Créapassions "Bonnets Faciles et Amusants au Crochet".

Cette passion prenant de plus en plus de place dans la vie de la jeune femme, c'est naturellement qu'elle a eu envie d’aller plus loin avec une formation en arts plastiques et donc de repartir pour un nouveau cycle universitaire, cette fois-ci grâce à l'enseignement à distance.

Pourquoi le CNED ?

"Je viens de finir une première année de licence d’arts plastiques à la Sorbonne via le CNED et je me prépare pour la deuxième année. J’ai souhaité suivre cette formation à distance car il m’est impossible de suivre une formation nécessitant ma présence en cours. Travaillant à temps complet, je suis uniquement disponible pour travailler les arts plastiques le soir et le week-end."

Après avoir fait des recherches pour savoir quelle formation était la plus adaptée à ses besoins, la jeune femme se rend compte que le CNED est le seul organisme permettant de faire une formation à distance qui soit validée par un diplôme officiel et reconnu. Si l'envie de suivre cette formation est avant tout personnelle et pour améliorer sa connaissance des arts plastiques, Gisèle souhaite également obtenir le diplôme pour pouvoir faire évoluer sa vie professionnelle et ses activités artistiques.

 

Comment s’organisaient les journées de travail ?

"Ayant un emploi à temps complet et deux enfants de 6 et 2 ans, les imprévus font partie de mon quotidien et il est impossible de se tenir tout le temps à un planning prédéfini. Je suis donc obligée de définir des priorités avec en première position ma famille, en second mon travail, et en troisième ma licence d’arts plastiques.
Je profite de chaque moment libre pour lire et faire mes devoirs. Les lectures se font chez moi ou dans les transports (j’ai un trajet d’environ 2 heures pour aller à mon travail donc je peux rentabiliser ces longues heures de transport le matin et le soir) et je fais mes devoirs en soirée (quand il me reste de l’énergie) et les week-ends. L'année dernière, deux mois avant l’examen final j’ai pris une semaine de vacances qui a été dédiée exclusivement aux devoirs que je n’avais pas eu le temps de rendre avant."

Gisèle insiste sur le fait qu’il est important de se ressourcer, se reposer et se détendre pour tenir le coup (prendre du temps pour sortir voir les amis et la famille, faire des petits voyages).

Comment se passe une année de formation à distance ?

Cette année m’a demandé énormément de travail et de persévérance. Le plus compliqué a été de continuer à tout mener de front : le travail, la vie de famille, la vie créative (continuer à alimenter mon blog et gérer les partenariats qui m’étaient proposés, même si cette activité a beaucoup ralenti durant l’année scolaire). J’ai eu des moments de découragement, mais en général après une bonne nuit de sommeil je retrouvais mon envie d’apprendre et d’avancer. J’ai appris énormément de choses aussi bien au niveau théorique (histoire de l’art, développement de ma culture artistique en général) qu’au niveau pratique (découverte de techniques de dessin/peinture, réflexions sur ma démarche artistique personnelle, approfondissement de ce qui m’intéressait déjà).

cette expérience m'a permis de développer des capacités organisationnelles, rédactionnelles et créatives. Au-delà du domaine d’apprentissage, savoir travailler et s’organiser tout seul est un atout indéniable pour pouvoir mener de front n’importe quel projet professionnel.

 

Des conseils à ceux qui veulent tenter la formation à distance ?

"Par rapport à cette première année et à ma petite expérience du CNED, je peux juste dire que se former à distance n’est pas simple car rien ne vaut le fait de rencontrer régulièrement des enseignants. A distance on est livré à soi-même et il est vraiment important de faire ses propres recherches, de lire le maximum de livres conseillés par les enseignants et il est primordial de renvoyer les devoirs au fur et à mesure durant l’année pour être sûr d’évoluer et mettre toutes les chances de son côté pour l’examen final.
Cela semble logique mais il faut bien sûr également être passionné par la filière que l’on choisit, ainsi on apprend sans le ressentir comme une corvée et il y a moins de risques de se démotiver."

Gisèle ne compte pas s'arrêter en si bon chemin et aimerait continuer à développer sa présence en ligne pour partager mon travail en crochet et en dessin avec le plus grand nombre, travailler sur de nouveaux projets de publication et à long terme faire une reconversion professionnelle dans le domaine de l’art.

Suivez Jijihook sur :

 

Suivre une filière universitaire en arts plastiques avec le CNED