Adelina Fouquet : rebondir grâce à la scolarité à distance

Adelina aime apprendre. Au collège, elle a rencontré une professeure qui lui a transmis son goût pour les langues étrangères et sa passion pour l’enseignement.

C'est au lycée que tout s'est compliqué. Adelina s'est retrouvée dans une classe où elle n'avait pas forcément d'amies, elle se sentait seule et incomprise, pas dans son élément. « Je me sentais perdue dans un endroit qui ne ressemblait plus à ce que je voulais. »

Adelina a donc été réorientée en section professionnelle au lycée, dans un domaine qui ne lui plaisait pas. C’est un nouvel échec : elle décide donc de partir un an en Italie, en tant que fille au pair.

Cette expérience lui a donné envie de reprendre ses études. Adelina choisit de poursuivre sa scolarité à distance au CNED. Elle suit donc une seconde générale, une 1ère et une terminale L.

Dès ma 4ème, j'avais décidé que je deviendrais professeur d'italien. J’ai obtenu mon bac L, avec un 20/20 en italien d'ailleurs.

Comment Adelina organisait ses journées de travail ?

Adelina conseille de se constituer un véritable emploi du temps, comme tout élève scolarisé au lycée. Sa journée de lycéenne à distance débutait le matin vers 9 heures du matin. Adelina s’accordait des pauses toutes les 2 heures. La journée se finissait entre 17 et 18 heures. Elle travaillait toute la semaine, et parfois un peu plus tard en soirée lorsqu'elle avait des devoirs du CNED à rendre.

Son entourage l'avait alerté sur la difficulté des études à distance surtout l'année du bac.

De son côté, sa plus grande difficulté était l'isolement. Adelina ne voyait plus ses amies et s'est vite enfermée entre les 4 murs de sa chambre.

« J’avais l'impression que si je sortais, que si je faisais autre chose que travailler mes cours, je le payerais, et je n'avais pas le droit à l'erreur. Ce qui était en soit, une erreur. Passer 3 ans toute seule sans voir quasi personne, c'est très éprouvant. Surtout quand on n’a personne à qui parler, alors qu'on a juste envie d'exploser et d'être une ado normale. »

Ses entraînements oraux, au cours de l’année scolaire, lui ont aussi permis de réaliser qu’elle était capable de réussir et d’affronter les épreuves du bac en toute sérénité : « le CNED m'a aidé à prendre confiance en moi.»

Adeline nous donne ses conseils de réussite : « si on a de la volonté, tout est possible. La formation à distance au lycée peut être bénéfique, cela l’a été dans mon cas. Il existe de nombreux de groupes d'entraide sur Internet qui permettent aux élèves du CNED de se soutenir en cas de coup de mou ! »

Adelina prépare une Licence LLCE (Langues, littératures et civilisation étrangère) italien. 

Nous lui souhaitons de réaliser son rêve de devenir professeur d'italien qui est pour Adelina : « une réinsertion dans le monde réel, avec la confiance que m'a apporté le CNED ».

Voie générale, de la seconde à la terminale, en scolarité complète ou partielle, le CNED vous accompagne.