Faustine Zanetta-Monti, un bac sans vague

Faustine Zanetta-Monti démontre qu'il est possible de transformer certaines faiblesses en force pour obtenir son baccalauréat littéraire.

Faustine n'arrivant pas à "canaliser son énergie en cours, à rentrer dans le cadre" a souhaité poursuivre ses études et obtenir son baccalauréat en ayant d'avantage de liberté quand à sa façon d’étudier et d’organiser son temps en s'inscrivant au CNED. A 25 ans, après des études dédiées, elle est désormais productrice de films et gérante d'une société de production audiovisuelle.

Ce que Faustine a le plus apprécié de passer son bac par le biais du CNED, c'est d'avoir pu organiser ses journées comme elle le souhaitait : "J’ai fait un petit planning de mon année de terminale, analysé là où étaient mes forces et mes faiblesses pour le bac et organisé mes études en fonction. Le matin, j’ai toujours eu plus de mal à apprendre, j’ai donc dédié mes matinées aux matières que je préférais comme la littérature ou la philo et l’après-midi, je planchais sur les sujets qui me demandaient plus de travail, comme les langues. J’ai aussi profité de cette année pour apprendre autrement. J’allais par exemple souvent au musée plutôt que de regarder les images de mes livres de cours. C’était une année très libre, je me sentais vraiment très bien."

Mais il a fallu à Faustine quelques temps d'adaptation pour prendre confiance en sa capacité à étudier seule : "Organiser mon temps a été un réel plaisir pour moi. J’ai toujours été assez autonome et je me suis vraiment sentie à l’aise avec le CNED. Par contre, j’étais souvent toute seule. Mes amis eux continuaient d’aller au lycée alors que je travaillais de chez moi, la transition a été un peu difficile pour moi."

Son expérience au CNED a donné à Faustine la force de continuer sur la voie qu'elle avait choisie, celle de "l’entreprenariat culturel" : "Entreprendre et monter des projets culturels, artistiques, ça demande beaucoup de flexibilité, il y a peu de cadres et aucune marche à suivre pré établie pour réussir. Grâce au CNED, j’ai cultivé ma curiosité, j’ai appris à aller plus loin et à m’enrichir de tout ce qui pouvait me passer par les mains. Ça m’a énormément nourrie et aidée à monter mon entreprise."

Faustine partage ses conseils pour ceux qui seraient tentés par le CNED et la formation à distance : "Tout le monde a un rapport différent à l’enseignement. Je pense qu’il faut envisager une formation à distance comme une chance d’apprendre autrement. Il faut créer son propre cadre et le respecter."

De notre côté, nous souhaitons nos voeux de réussite à Faustine, que sa société de production grandisse et qu'elle continue à produire de "jolis films". 

N'hésitez surtout pas à allez admirer les nombreuses créations (documentaires, projets transmédia et contenus publicitaires ou institutionnels) d'AL DI SOPRA production 

Voie générale, de la seconde à la terminale, en scolarité complète ou partielle, le CNED vous accompagne.