Famille Vlaeminck : horizon latin

Pendant un an, Sébastien et Cécile Vlaeminck ont décidés de visiter l’Amérique latine avec leurs trois jeunes enfants, afin de découvrir de nouveaux horizons. Un formidable moyen d’ouverture et d’éducation selon ce couple épanoui.

 

Ils se font appeler les Vlaemstructibles : un nom de super-héros pour une famille qui a le pouvoir de briser le quotidien par le voyage. Le projet a débuté en 2013 : Sébastien et Cécile Vlaeminck, un couple d’ergothérapeutes habitants en Moselle, décident de « faire une pause en famille » avec leurs enfants Natan (9 ans), Noa (7 ans) et Meline (5 ans). L’objectif est avant tout de mettre le stress quotidien de côté et de voir grandir leur progéniture.

La famille choisit sa destination : ce sera l’Amérique latine. Le voyage commencera par le Chili pour descendre vers l’Argentine, la Patagonie puis la remontée vers le Brésil, l’Uruguay, le Paraguay, la Bolivie et le Pérou avant de revenir vers le Chili pour un retour en France en août 2014.

 

On voulait aussi les voir s’ouvrir au monde qui nous entoure, montrer aux enfants ce qu’il y a ailleurs, en dehors de leur quotidien au-delà duquel ils n’arrivaient pas à se projeter

 

Une fois le budget mis en place, le groupe se procure la monture idéale de tous les globe-trotters : un camping-car ! De quoi voyager sans se soucier des contraintes de logement.

Mais pour les deux parents, le projet a aussi un but éducatif : "On voulait aussi les voir s’ouvrir au monde qui nous entoure, montrer aux enfants ce qu’il y a ailleurs, en dehors de leur quotidien au-delà duquel ils n’arrivaient pas à se projeter" témoigne Cécile Vlaeminck. 

 

La scolarité en camping-car

 

Les deux garçons de la famille ont donc été inscrits au CNED pour poursuivre leur scolarité sur la route afin qu’ils passent en classe supérieure à la fin du périple. Les journées du voyage sont d’ailleurs rythmées par les cours. Les temps de travail s’improvisent en fonction du temps passé sur la route, des bivouacs… "Quand il n'est pas possible de s’y mettre une journée ou 2, on essaye les jours suivants d'enchaîner plus intensément !" Précise la famille.

A ce stade du voyage, le couple constate une évolution dans la scolarité de leurs enfants "Natan est devenu plus autonome, il jongle seul d'une matière à une autre, et nous reprenons avec lui les leçons vu seul. Noa, lui, nécessite toujours beaucoup d'attention... C’est parfois épuisant ! Il avance correctement dans ses matières de prédilection mais c'est beaucoup plus difficile en français !" Sourit Cécile. Meline, la plus jeune, suit des manuels de grande section de maternelle, entre deux siestes.

Le couple reconnaît que cette organisation a parfois de nombreuses contraintes "Il faut s'arranger pour trouver du WiFi lors de nos bivouacs pour renvoyer leurs évaluations qu’il aura au préalable fallut scanner, déposer leurs enregistrements à l'oral (système qui souvent fonctionne mal,  voire pas du tout...), il faut parfois se poser plusieurs jours au même endroit pour réussir à avancer..."

Mais cela n’empêche pas la famille de se remplir la tête d’images inoubliables. Altruistes, les Vlaemstructibles racontent même leurs aventures à travers un blog plein d’astuces pour ceux qui voudraient se lancer dans l’expérience !

Noa et Natan suivent le CE1 et le CM1 avec le CNED