Claire Brosn, voile, gymnastique et diététique !

Claire Brosn est une jeune passionnée de 21 ans. Depuis toute petite, elle pratique la voile mais n'a jamais laissé tomber ses études. Au contraire, cette sportive a toujours été assidue dans sa scolarité. Aujourd'hui en BTS diététique, elle a même obtenu sa première année avec 15 de moyenne. Et le plus formidable c'est que dans quelques jours, elle participe aux championnats du monde de voile !

 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

 

Bonjour ! Je m’appelle Claire, j’ai 21 ans, j’habite à Toulon et je passe en deuxième année de BTS diététique. Je suis passionnée par le sport, particulièrement la voile que je pratique en compétition de haut niveau et la gymnastique.

 

Quel a été votre parcours scolaire ?

 

Mon parcours scolaire est classique jusqu’à l’obtention de mon Bac S. Ensuite, j’ai voulu entamer une licence de STAPS mais cela ne correspondait pas à mes attentes et surtout, n’était pas adapté au sport de compétition. C’est à ce moment-là que j’ai découvert le CNED par le biais d’autres sportifs que je connais. Par la suite, j’ai décidé de m’y inscrire.

 

D’où vient votre passion pour la voile ?

 

J’ai commencé la voile à l’âge de 5 ans par des stages d’été en Optimiste, en Vendée.

 

Aujourd’hui je m’entraîne en Méditerranée dans la plus belle rade d’Europe !

 

Mes parents, et surtout mon père, ont toujours été dans ce milieu, c’est donc tout naturellement que je m’y suis initiée. Pourtant, au début je n’aimais pas trop ça car j’avais un peu peur, mais je me suis accrochée. C’est en passant par la Guadeloupe que j’ai vraiment pris conscience de ma passion pour ce sport.

 

Comment gérez-vous ce sport et cette passion avec vos cours ?

 

Quand on part en compétition, il arrive de s’absenter longtemps et même si ça ne m’a jamais posé de problème au lycée ou avant, c’était plus compliqué avec les études supérieures.

 

Depuis que je suis au CNED, tout est facilité. Je m’organise sans avoir à courir après les cours manqués ou les rattrapages de partiel qui tombent souvent eux aussi pendant les compétitions ! Cette année, j’ai pu valider ma première année en ayant 15 de moyenne tout en préparant un championnat du monde.

 

Le CNED me permet de m’organiser et de pouvoir TOUT faire.

 

J’ai dû aussi faire des choix afin de gérer au mieux mes différentes activités. En plus des études et de la voile, j’entraine une équipe de gymnastique et j’ai un emploi étudiant. Il me permet de pouvoir boucler mon projet en beauté puisqu’en voile nous devons tout payer nous-même : le bateau, le matériel, les déplacements, les frais d’inscriptions… Autant vous dire que le budget est corsé, mais que le travail paie.

 

Et tout ça, en ayant une vie sociale normale !

 

Après une longue année semée de péripéties, du 27 juillet au 11 août je serais à la Rochelle pour représenter mon pays, mon club, ma famille et mes amis qui m’ont soutenu lors des Championnats du monde voile 470. J’y serai c’est aussi grâce à mes études par le CNED.

 

Pourquoi avoir choisi le milieu de la diététique dans vos études ?

 

J’ai consulté le site du CNED afin de découvrir les différents diplômes que je pourrais acquérir. La BTS diététique est celui qui m’est apparu comme le plus judicieux et le plus passionnant. Il s’agit d’un domaine qui me permet de rester dans le milieu du sport. De plus, la diététique est quelque chose qui m’a toujours plu.

 

Et une fois votre BTS obtenu ?

 

Après l’obtention de mon BTS, j’ai plusieurs idées de projet. J’aimerai éventuellement, grâce aux équivalences que propose ce diplôme, valider une licence STAPS. Je l’imagine en France mais j’envisage aussi de partir à l’étranger pour trouver du travail dans la diététique ou le sport en entrainant une équipe de gymnaste comme je le fais depuis des années. En plus, j’ai toujours rêvé de pouvoir exercer aux Etats-Unis. En tout cas, mon cœur balance entre la diététique et le sport.

 

En continuant dans la diététique, qu’allez-vous faire ?

 

J’ai toujours été attirée par le milieu hospitalier car mes parents sont infirmiers. C’est là que je me tournerai très certainement si j’en ai la possibilité. L’hôpital est, je pense, très formateur pour les jeunes diplômés car cela nous permet de rencontrer un éventail de régimes très différents. J’aime aussi beaucoup le contact humain des hôpitaux.

 

Pourtant, j’aimerais vraiment travailler dans le milieu du  sport.

 

C’est une atmosphère que je connais bien. Personnellement, je n’ai jamais eu de conseils diététiques en tant que sportive. Je me rends pourtant compte que c’est un facteur favorable à la performance et à la longévité du sportif.  J’aimerai vraiment pouvoir apporter un plus aux centres de haut niveau pour que les sportifs puissent avoir une meilleure hygiène de vie et de meilleurs résultats grâce à une chose aussi « simple » que la nourriture.

 

Avez-vous des conseils pour ceux qui suivent les cours du CNED ?

 

Accrochez-vous, ne baissez jamais les bras, l’organisation est la clef de la réussite. Je dirai que le CNED est vraiment super. Je le conseille vivement aux jeunes, particulièrement ceux à qui il manque une expérience professionnelle. Le CNED permet de concilier passion, travail, études et plaisir !

 

On peut travailler en parallèle et donc gagner de l’argent et de l’expérience en entreprise. On peut faire du sport de compétition et réaliser ses rêves comme moi. On peut avoir une meilleure organisation et ne rien négliger.  On peut acquérir un diplôme qui permet de travailler dans son domaine de prédilection. On peut acquérir beaucoup d’expérience pendant ses études, ce qui pourra faire basculer la décision d’un futur employeur en notre faveur. C’est à méditer. Alors, vous voulez avoir un diplôme, un travail, acquérir de l’expérience, profiter de la vie et de vos passions ? Venez faire vos  études au CNED !

 

Pour Claire, l'avenir c'est sport et diététique